L’émergence d’un peuple-monde

Alors que l’on pouvait penser que le déconfinement allait faire apparaître des sociétés se repliant sur elles-mêmes, la mort d’un homme noir fait émerger un Peuple – monde réuni autour du slogan : la vie des Noirs compte. Partout, de l’Australie au Brésil, de Washington à Paris, par dizaines de milliers la jeunesse descend dans la rue comme elle le fait pour le climat depuis deux ans.

Ce soulèvement est mondial parce que le racisme n’est pas une question morale naturelle mais politique. Le racisme se développe dans des rapports sociaux qui lui donnent une signification précise, comme les lois sur l’apartheid en Afrique du Sud, les lois de ségrégation aux Etats-Unis, les politiques contre les peuples autochtones en Amérique du sud ou les musulmans en Inde. A chaque fois, le Pouvoir organise la discrimination et encourage les privilèges de groupes sociaux ethno raciaux au profit des classes dominantes.

Ce soulèvement est mondial parce que depuis 500 ans, le système capitaliste s’est développé à partir de l’esclavage et de la colonisation. Il a utilisé le racisme comme une arme de division des peuples. En Afrique, les colons belges et français ont utilisé les Tutsis contre les Hutus et inversement. Au Maghreb, ils ont opposé les berbères aux arabes. En Europe, c’est l’antisémitisme qui est utilisé depuis deux siècles. En Amérique Latine, les dominants cherchent toujours à élever les descendants des conquistadors venus d’Espagne contre la population indigène. Pour continuer à déforester l’Amazonie, Bolsonaro continue à stigmatiser les peuples de la forêt et appelle à leur éradication. Aux USA, Trump en appelle à l’Armée : ils pillent, on tire.

Ce soulèvement est mondial car le capitalisme est un système complet de domination sociale. Le capitalisme n’est pas seulement un mode de production basé sur l’exploitation du travail salarié par la classe capitaliste. C’est aussi, plus largement, un système complet de domination sociale. Cela implique nécessairement la domination patriarcale, le pillage colonial et néocolonial, le racisme, la destruction des richesses naturelles, l’appropriation des savoirs.

***

Ce qui émerge après le déconfinement, c’est le sentiment que la communauté humaine est Une. Elle est menacée par le capitalisme. Le vrai virus c’est le capital qui,comme une gangrène, est en train de menacer l’existence de l’humanité. Les luttes antiracistes se développent en réponse aux multiples expériences que font les communautés noires ou discriminées  : violences policières, absence de logements décents, difficultés d’accès aux soins, inégalité scolaire, incarcération de masse, justice pénale à deux vitesses…

L’émergence d’un Peuple-monde n’est pas nouvelle. Elle a commencé avec la prise de conscience après l’explosion de la Bombe Atomique et le génocide des Juifs d’Europe. Elle s’est poursuivie avec la guerre froide et l’imminence d’une guerre nucléaire. Mais à ce moment-là, nous étions encore dans une phase internationaliste qui, comme le terme l’indique, se situe dans le cadre des rapports entre les nations. Nous étions solidaires du peuple vietnamien contre l’impérialisme américain, du peuple algérien contre le Pouvoir colonial…

Aujourd’hui avec la crise écologique, climatique, sanitaire, alimentaire, la communauté humaine ressent les menaces de manière commune. L’ennemi est global et local. Quand la moitié des terriens sont confinés durant deux mois, la conscience d’une appartenance à la planète Terre n’est plus une vision de philosophes idéalistes mais une question politique concrète. Le Peuple-monde a un intérêt général à se défendre contre les destructeurs de ses conditions de vie. Il réclame un droit à l’existence contre un système qui le tue. Les transnationales sont ressenties confusément comme l’ennemi principal. Les larbins qui le servent à travers les Etats et leur système de coercition sont les collaborateurs zélés d’un système qui ne survit que par la division.

C’est pour cela que la lutte mondiale contre les violences policières est aussi un enjeu pour le mouvement écologique. Le 30 mai, Sarah Johnson, 22 ans, militante écologique et pour les droits civiques, est assassinée à Colombus pour avoir manifesté contre la mort de Georges Floyd. Les militants écologistes paient un lourd tribut dans la lutte pour la défense des territoires. Depuis la mort de Chico Mendes en 1988 qui créa l’Alliance pour la forêt et le Mouvement des Sans Terre au Brésil, des centaines de militants écologistes sont assassinés. Ce nombre d’assassinats a doublé en quinze ans, et au moins 1 558 défenseurs de l’environnement de 50 pays ont été tués durant cette période. Partout, ces luttes sont liées à des populations qui subissent le racisme environnemental, des Philippines au Brésil, du Mexique à l’Inde. Dans ces luttes se forge aussi la conscience du Peuple-monde.

Ce Peuple-monde se bat sur tous les fronts :

  • Contre la sixième extinction des espèces
  • Contre le dérèglement climatique provoqué par l’économie carbonée
  • Contre la pollution des océans
  • Contre l’extractivisme et la déforestation
  • Contre les pollutions industrielles
  • Pour le droit à l’eau, à l’air pur, à un environnement sain

***

Le coronavirus n’est pas le seul fléau. 6 millions d’êtres humains meurent de la rougeole chaque année, 1, 5 millions de la tuberculose, 435 OOO -dont les 2/ 3 d’enfants- du paludisme. Toutes ces maladies se soignent mais les 10 plus grands trusts pharmaceutiques qui ont reversé 60 milliards à leurs actionnaires pour un chiffre d’affaire de 323 milliards en 2019 n’en ont que faire. Ces assassins en col blanc ne se soucient pas plus des 10 millions de personnes qui meurent de faim chaque année, des 821 millions d’êtres humains qui souffrent de la faim, ni des 9 millions d’enfants qui meurent en bas âge.

De même que le socialisme dans un seul pays ne fut qu’une illusion sanglante, l’écologie dans un seul pays ou un seul continent, fût il l’Europe, n’est qu’un leurre qui conduira à des impasses technocratiques et transformera l’espoir de l’écologie engreenwashingblanchissant le capitalisme. Il faut que Le Peuple-monde en formation, à travers les Marches mondiales des femmes, les Marches pour le climat, le combat pour la souveraineté alimentaire, l’antiracisme politique, les luttes des peuples autochtones contre l’extractivisme et la déforestation, les luttes contre l’austérité comme au Liban ou au Chili, prennent acte de l’interdépendance de tous les peuples et de la nécessité d’objectifs communs : la crise écologique est la conséquence d’un modèle de production et de consommation :

  • Qui ne permet pas de satisfaire les besoins
  • Qui met notre survie en danger
  • Qui frappe les populations de façon injuste, à commencer par les plus pauvres et les plus vulnérables.

***

En France, le 2 juin restera une journée historique. Le rassemblement organisé par le Comité Adama témoignant de cette prise conscience planétaire. Le Comité Adama a participé au mouvement des Gilets Jaunes. Il n’oppose pas les Noirs aux Blancs. Il appelle à la convergence des luttes : sociales, de genre, de classe, écologiques. Il en appelle au droit à la dignité, à la justice pour toutes et tous, au respect et au droit de décider.

PEPS (Pour l’Ecologie Populaire et Sociale) est solidaire du comité Adama et des Assemblées populaires locales antiracistes qui demandent qui demandent la fin de l’IGPN et son remplacement par une Autorité indépendante. Nous réclamons que cette Autorité s’oppose à l’omerta et à l’impunité face aux propos et aux actes racistes dans la police et l’Administration. Nous exigeons la fin des contrôles au faciès, l’interdiction des pratiques policières du type placage ventral et des armes mutilantes de type LBD ou grenade offensive.

L’Ecologie Populaire et Sociale n’est pas neutre, elle choisit son camp : celui des exploité-e-s, des dominé-e-s de celles et ceux qui subissent le racisme, celui de Black Lives Matters !

Patrick Farbiaz, le 8 juin 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :