L’Edito du lundi de PEPS : L’esprit de résistance ne connaît pas de frontière, par Xavier Ricard Lanata

L’ardeur exigée par la tâche qui nous incombe en France ne doit pas nous empêcher de prêter l’oreille à l’actualité internationale. Nous y entendrons l’écho de nos propres mobilisations, puisque, les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’extension sans fin du néolibéralisme suscite partout des résistances populaires. De ce point de vue, les distinctions classiques entre le « Nord », réputé développé, et le « Sud », sous-développé et enlisé dans la corruption et la guerre civile, cèdent la place à une nouvelle grille de lecture : au Nord comme au Sud, l’emprise du capital transnational se fait sentir et convertit les sociétés en « colonies », sommées de fournir des ressources et de la main d’œuvre pour alimenter une processus continu d’accumulation, désormais apatride, sans aucune attache particulière et revendiquant pour lui seul les libertés qu’il refuse aux autres. Une nouvelle classe sociale, un bloc « bourgeois » transnational et nomade, s’attribue le droit de régir, selon ses intérêts exclusifs, des sociétés entières, sédentaires et, pourrait on presque dire, superflues (inutiles, « en surplus »), participant de manière marginale au processus d’innovation et d’accumulation du capital, et dont ce dernier attend surtout qu’elles consomment.

Le Chili s’est soulevé au début de l’année pour une affaire, en apparence anodine, de hausse des prix du ticket de métro à Santiago. Le Liban pour de semblables raisons (la hausse du coût des abonnements à internet). Au Pérou, c’est la destitution du président en exercice, obtenue par une majorité parlementaire corrompue jusqu’à la moelle (sur les 105 députés ayant voté la destitution, 80 font l’objet de poursuites judiciaires pour faits de corruption), qui a mis le feu aux poudres. La population est descendue spontanément dans la rue ; boulevards, avenues ou ruelles, dans les villages ou les grandes villes, ont vu défiler des centaines de milliers de personnes qui avaient revêtu les habits de fête, les costumes de danseurs, et qui dansaient en effet, précédées de fanfares.

Ce qui fait résistance, c’est le « peuple monde » que l’économie-monde a fait surgir, et dont il fournit l’image inversée. Un peuple auquel la globalisation conteste le droit de devenir un souverain de son propre destin. Ce qui se dresse face aux puissances anonymes du marché, c’est une culture populaire : les chants et les danses que l’on apprend depuis l’enfance, les cantines fabriquées au bord du trottoir pour entretenir la flamme et venir au secours des corps fatigués : une capacité d’auto-organisation dont la culture populaire est le principal ressort.

La résistance n’a pas de frontière, mais elle a un visage : celui de cette femme en costume indien, tissé à la maison par ses soins, celui de ce manifestant soutenu par ses camarades, qui se tient debout au-dessus de la foule, celui de ces chanteurs qui entonnent à l’unisson un hymne connu de tous. La résistance a un contenu, elle n’est pas seulement une force qui s’interpose : elle est un projet positif, celui de restituer aux personnes la capacité créative que le capitalisme leur dénie. A ces résistances faisons chorus. Trouvons chez ces peuples du Sud, longtemps asservis et nullement découragés, la force de nous battre pour nous-mêmes et pour l’avènement de jours heureux qui reposeront sur des fraternités nouvelles, internationales et inter-culturelles.

Publié par PEPS, le 28 décembre 2020

Xavier Ricard Lanata, philosophe et essayiste franco péruvien, est fondateur de la revue Terrestres et membre de PEPS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :